You dwellers of random keywords, led by cobalt stem cells from Dr Benway, gazing at trip-hop and dark train surroundings, you've reached the station where Stéphane Roux once was. There's an hotel-motel, sequels, victims and pixels escalate in thousand unities. It's about nihilism and the lack of it inflitrated in my free online book, The not-being. Millions of pixels are some sort of visual blog that may be title The not-seeing, in the end. Welcome to Islam Inc.Vous, chasseurs de mots-clés aléatoires, attisés par l'odeur des cellules souches couleur cobalt du Dr Benway, écoutant du trip-hop sur les larges avenues, vous avez atteint la station où était Stéphane Roux. Il y a un hotel-motel, des restes, beaucoup de déchets et de victimes, des pixels et des mots par milliers. On parle nihilisme et son absence, ab sens, le non-être. Un journal visuel ou pas grand chose de plus de ce qui restera sur terre de lui. Bienvenu à Islam Inc.
bal computer london model kingdom miaouuuuuuuuu footpussy galore 007 lp, 1996, pussy foot catholoc here solitude inyourass ass jkk cake huh lkjlkj benway not empire great fake catholic you --------- yes ssss ffffff grandmothers pussy galore 007 lp, 1996, pussy foot ffr cocaine your
Paralégal
2006-02-20
ParalégalEcoapathieJ'ai commencé par des images et du textes, maintenant je veux une couverture rouge. Ne travaillez jamais. Je suis romantique de ma solitude. Vu ma consomation de produits chimiques, il faudrait faire un bilan pour démontrer que le fait de travailler n'est pas rentable. Je sens que Gaixka vas nous rejoindre plus vite que prévu.TripidenceJ'ai traversé la forêt de pins et suis arrivé aux dunes couvertes d'éoliennes doublées de coupleurs nucléaires. Le pacifique était à mes pieds, le lit était vide de nous, je crois que je ferais aussi bien de me réveiller. Si d'aventure, dans une voiture, mes mains sont attachées, personne ne bouge, le ciel n'est pas clair, à perte de vue, le train est dépassé, les livres rouges, maoistes népalais et musulmans chiliens, je reprends du café, sans filtre s'il vous plaît.FlugaceJ'ai encore pris du poids en options non rétroactives. Je suis moins sur le sucre que le silicium. Configurations de batards sous linux, ubuntu style. Le clan des bloggers, tous des chiens. Quelques caillassages en perspective. Je me sent beaucoup plus stérile qu'avant. Je suis moins seul mais toujours ce sentinent de ravaudage. Ontologie singulière de cet occident. Franchement, je me trouve prétentieu et poncif au travail. Dehors, il y a tous ces socio-fascistes mal garés.IsomentalOssan Hassan a encore besoin d'argent et je cède. Dommage que ce type d'organisation ne donne pas lieu à des déductions fiscales dont je n'aurais que faire de toutes façons. Elle traite tous les hommes de la même manière. N'empêche que j'aurais bien repris de la tarte au citron, avec ou sans meringue. Les fractions armées avaient juste de meilleurs agents de relations publiques. Je me suis encore fait blacklisté par le policier du spam de ces argentiers tchèques.InfleciveLa linguistique des mots, bientôt en production. La collection prends du volume. L est moins chargé mais le login prends du temps. J'ai acheté des cycles ailleurs mais je n'en suis pas à un déficit près. Il me faudrait un vrai T mais il faudrait le justifier auprès de Mr et Mme. Choses d'adultes, leur monde en mode playstation, trop rapide. Infusion de crack à 4h du matin. Plus je prends le bus, plus je déteste les automobilistes. Babylone se détruira en quelques minutes.Le mirroirHasciicam reprends le dessus sur la stéganographie ambiente. Je joue mais je fais semblant. J'étais pour Goliath et il a perdu mais heureusement que l'on a eu la peau de ce batard de Kennedy et tous ces enculés de touristes américains. Les chinois avec leurs socio-dollars financent nos combats contre les meta-fascistes qui prendront nos pallais de fumées acerbes et le fiel sous-tendu. J'irai à un autre étage et je ne me souviendrais de personne. Les golgoths sont rentrés breudouilles et j'ai envie de houmous.Pluralgatoireet si maintenant je n'arrive plus vraiment à l'exprimer sous les silences des chiffres, tu n'est belle qu'en peinture à l'eau, je pense à toi souvent mais je préfère l'alphabet la plupart du temps. Votre argent, vos responsabilités, je les laisse à Pearl Harbour pendant que je vais me faire quelques sushis de baleine. Tu ne me fais pas envie mais j'essaye de bander par conformisme physique. Je ne crois pas mon instinct mais distingue ton destin.DestributionJ'ai flingué la Fedora pour une Ubuntu massive comme on n'en entends qu'à l'Opéra, tes désirs je les trouve futiles, tu ne seras jamais assez loin du Prophète qui guide pourtant tes bas, la vengeance est stérile, tu n'as jamais eu besoin de moi. Je me parle à moi même, mais je le fais avec un clavier. Conservateurs, allez voir ailleurs, vous pleurrez vos races lors du Jihad sémantique, quand la valeur de vos minérales minables essais trouveront contrepartie dans le désert de Gobi. J'avais pourtant rendez-vous avec le royaume.Vous êtes cernésLa rangée de la désolation, les récitations ethernelles comme les câbles, la réalité a pris un train, je voyage à pied. Je suis seul et nu, l'écran me fait croire que je ne suis pas seul dans ma contemplation des chiffres et des nombres, préposé aux ombres, indicateur pour les résolus, vendu à la somme des lettrés. Ils m'attendent ailleurs mais je pêche avec des lignes de coke dees adolescentes insolites, des pervers exceptionnellement vieux et des Babyloniens en retard d'une autoroute de ganja. Tu trouveras ton billet dans ta poche droite depuis des années.AntinominalPour ce que j'en ai à foutre, pour ce qu'il importe de plaire, je gave l'agneau sacré et le laisse et pature à mes cochons. Demain est comme hier, en ce que le vortex se dissout, je n'ai pas ton exclusive mais j'y prends un vague plaisir. Nos armées émigrerons les rétrogrades, gradés et si nombreux, ils ne font pas la vaisselle, ils n'en auraient les armes au feux. Mujaidhins socialistes, ramenez ces crétiens au zoo, William leur survivra là où il prétendent aller. Parfois je pense, à autre chose qu'à leurs baisers.Démineur de cobaltMais il semblait, parfois, encore, que la plage était oblique, que tu aspirais à être dans le mirroir, que jamais tu n'aimais rire, qu'il était perdu dans un bois. Batards du gouvernement, fils de chiens et fils de chats, vos offices renversés, vos croyances à banir comme vous opprimez les disciples et les méthodistes alternatifs. Je n'ai plus peur de la marée et mon horloge est synchronisée par NTP, pas de képis, pas de répis, toujours seul au seuil du cimetière, avant l'orage bas, je suis étanche.Canal glasPour qui pense savoir lire entre ces lignes, sous ces tranchées d'un combat qui a trouvé son maître dans l'age du capitaine, je te laisse prendre ton train sombre vers les mînes défaites des agents ostenssibles. Parfois encore je crois savoir mais le système minoritaire me refuse ton royaume. Il n'y aura pas de messie, comme d'habitude, loin de voeux pieux, loin des êtres, des savoirs et des lettres, tu n'auras rien en retour et si tu cite, tout ce que nous avons laissé construire prouvera que tu n'est pas dans le réel.Maintenance exclueTu n'auras pas ta chance, les oies partent tranquilles, je fuis les officiels, leurs signes et les conséquences de leurs gestes, seul, le pr-matin m'appartient. Combat sans égal, sexe sans intrusions, je renverses les pouvoirs, plus tard à Panama, William dans tes visions, songe d'un grain de sel en trop, plénitude du platonisme, Goliath avec nous. 21 songes, qui fuir et qui trahir ?Un sensSémantiques affables, entre tes reins d'acier, je repars pour ces alpages et ces autres sentiers lumineux. Demain tu seras seul à la mosquée, tous loin en pensée, je dissous l'internationale du vide, sous-marin narcotique sauvage, il n'y rien à en rire, plus dee quoi transgresser des règles d'une fin de démocracie, je nique votre économie. En trompes, nucléaires ou fossiles, à boire jusqu'au jour signalé ailleurs, il ne restera rien vos champs. Pas de répis.NavigationPrécédentSuivantIn the meantime, in english

The beat goes on and on but one question remains : :
Where am I ?

It's another fate, to conclude off the date,
The resistance of solitude, the wrong and the good.
Memories fade as the static elastic went spastic.
No good, no bueno, hustling myself.

Past the grace of the conjunction of tastes,
Junctions of the flesh, minimal windows of love,
There was a sign in the logs, and I wanted signals.
Brace yourself, mercy on demand. Shades.

Sunday, I'm not staring at the clock,
Mundane circumstances of the healing block,
I desire your being more than my tiny fare.
If the taste lasts, you let me go. Ever. Parted.

If there's fiction in my friction spell,
And the template of my temple remains,
There's a monolith I can tell, and use on the chains.
Be grave in that case. Collapse. Endure.

Nonetheless if be it, I'd rather enjoy the silence,
The rest of the peaceful soldier, the endgame,
The misfortune of the card, driving sane stances.
To heal might kill. Move on. Segments.

Judges jokes aside, if options off the fence reside,
The bliss of armageddon, my visions of dumbo's fate,
The axis you can't name, and the trade of the fabric.
Behold the one, unique. Long attractor.

Your boomerang of clay, at the pace of a slug,
Makes me wish and pray for something I can't cope with, the bug.
Morning came over from afar, and spores were magnetic. 
Who gave up ? Niñeto, the thief. Benway, the kiff ? I, the kiss.

I rang truce, I trowed the candle, I rejoice when relapsed. Simple.
In deed while alive, in still dreams of realization, I conquer and reckon.
This is the whisper. This is the voice to sing along. This is now.
The tormentor's bar has come to a closure. I'll be fine until then.

Sharp as your concept is, from the hoods of Bellinzona,
Through the tides of Ullapool, I remember the pace. 
In the echoes of Berwick the rhythm was with me.
The beat goes on. Endless. Inside.

When white is not enough, as the blank void attracts,
The obvious accretion of psychic delusions ends.
As naked goes the blade, the fear of flying strikes.
Addiction to dirt stones. Hardcore. Mental.

Gauges from the cyclic illusion of tears space,
We enter a zone of cryptic role playing habits.
Justice animates soul delivers, the rest is history.
I blame the ink. Partial. Unwilling to spare me.

Earlier, passenger to the sight of unused hues,
It trigger my fear with delays and frequencies.
Sea of sand, sky of remorse : I aim at the horizon.
There's no cheating. Division. Complex.

That's sums of it up so far, but the remains of the other side are there,
Patiently waiting in the shadows, as the eggs of civilians in Babylon.
As a shot of substance, in the acid room of us. Deprecated.
I resign to commit the delta. I refuse the punishment.

When doctors fight the disease, I dig the mine for metal,
As for the spice is strong, so that it awakes you at night.
Bring the noise, fill the shelter, feed the creature.
Process the flesh. Make it deviant. Breathless.

Here we are, in the room of seven seals, between the blue walls.
Reverb is calculated to match, but the attachment is sadly real.
Above the christ i used to be, lies a sinister gradient operator.
He decides who to free and how to blame. Uncertainty.

World of her, words of slipping pages in the wind. Terrace.
Long before ashes of logs, I had to figure out the curves.
Instantly I fire the right path, between the arms in the valley.
So low goes the quest, undecipherable as it seems, I went with the lyrics.

Coast to coast, host to post, he knew the trade of her game.
The letter arrived lately. I forgot the address and the name blurs.
Then, in a fashion of defiance, in a storm of dust, kingdom came.
It becomes obvious by now that it's a moth case. No losers. Even. Odds.

As the eunuch I impersonate there, chances are you'll dismiss and and pass me by.
That's when the sex turns true. That's when there's no money left for the taxi.
That's today and now, on the same cosmos. Naked. Silent. Honest.
She spells the alphabet on a string of DNA. There no hiding. Facade. Closure.

"Answer the flowers I laid on the carpet", replied the inner voice.
You assume too much and presume telepathy. I'm used to the scent.
We've been there, the storm strikes so loud, I can't here the rain.
That's the ecstasy of the situation. Nothing to do. Static station sound.
 
Oh, I miss you as the bird outside it's cage is free. Silver frequencies. Stripes.
Tease the gospel chord, strum the lines of magnitude. Again, and again.
If sail away in the meantime, I drift again from the bench at the belvedere.
In the interstices between the shifts, the unions trade latency for hope.

I remember ages of slept decay, of endless tribulations amongst the said and the told.
I deny. I bet on the wrong horses and poorly choose the color of my shirt. That's me.
Then again it's part of the process to handle and to cope with. Straight.
Don't pretend to escalate and be able to handle or you don't know me. And yourself.

That's the view of the sky over the dream, the pleasant dialogue of the deaf.
Paint it in a different color if you care. Come clean. Alone. The act forward.
The treat of the players before the cost of sweat. That's the aimless paradigm.
I have my load of questions and my greed to share is tense but restricted.